Communiqué de l’AHFD | Défense et réforme du concours d’agrégation

Mesdames, Messieurs, chères et chers collègues,

Lors de notre Assemblée générale du 12 octobre Emmanuelle Chevreau et moi-même avons attiré votre attention sur la situation difficile du concours d’agrégation du fait du très faible nombre de postes offerts et de la menace qui pèse sur celui-ci.

L’histoire du droit n’est pas la seule discipline touchée puisque cette année le droit public connaît également, une réduction drastique du nombre de postes.

A la suite de Martine Lombard, présidente du jury de droit public (Dalloz Actualité du 21 octobre 2019), un certain nombre de collègues de cette discipline se sont émus de cette situation et ont décidé de lancer une pétition pour défendre et réformer l’agrégation.

Même si nous ne pouvons que regretter que les historiens du droit qui sont dans la même situation n’aient pas été associés à cette démarche ni cités (pas plus dans l’interview que dans la pétition), il nous semble cependant que nous devons être solidaires dans cette démarche car c’est le concours d’agrégation dans son ensemble qui est menacé et nul doute que si l’une de ses branches vient à disparaître les autres suivront.

Cette réduction des postes est toute aussi inquiétante pour le recrutement des maîtres de conférences sur lequel elle aura des conséquences tout aussi graves.

Nous vous indiquons donc le lien à partir duquel vous pourrez en prendre connaissance : Pétition “Il faut défendre l’agrégation de droit et la réformer”.

Restant à votre service et à celui de l’histoire du droit, nous vous prions, Mesdames, Messieurs, chères et chers collègues, de croire en nos sentiments dévoués.

Bernard d’Alteroche
Président de l’AHFD

GDPR